Tout savoir sur ses bienfaits

Dans la pulpe de baobab biologique Baomix on trouve des acides aminés, du glucose, du fructose, de l’amidon, des minéraux dont du calcium (trois fois plus que le lait) du phosphore, du fer, du potassium, du sodium, du magnésium, du manganèse, et du zinc et bien d’autres nutriments. L’on trouve aussi dans le fruit du baobab bio de nombreuses vitamines, A, groupe B, C, PP et des fibres alimentaires.
C’est pour nous faire bénéficier de toutes ces vertus que la pulpe du baobab biologique est réduite en poudre par Baomix et vendu sur Biologiquement.com comme complément alimentaire.
En superfruit bio tonifiant, le fruit du baobab bio est recommandé lors des périodes de convalescence (après une maladie ou épisode infectieux).
C’est un excellent régénérant qui s’adresse même aux personnes intolérantes au gluten. Le fruit du baobab biologique est également utile pour supplémenter les régimes végétariens pauvres en protéines et en fer.

Acheter du Baomix la poudre de pulpe de baobab biologique certifiée ecocert

Acheter du Baomix la poudre de pulpe de baobab biologique certifiée ecocert

Les sportifs peuvent aussi s’y intéresser : de nombreux athlètes ont accueilli le pain de singe dans leur alimentation.
De plus, voilà un complément alimentaire particulièrement adapté au enfants. Par sa richesse nutritionnelle, la pulpe de baobab bio leur apporte un grand nombres de vitamines, minéraux et acides aminés indispensables à une croissance harmonieuse. une saine et naturelle manière de combler les carences d’une nourriture moderne pauvre en nutriments.

Le fruit du baobab bio

Le fruit du baobab bio

On peut penser à la poudre de pulpe de baobab biologique d’une manière plus “thérapeutique”, pour soulager les troubles du transite intestinal, qu’il s’agisse de diarrhées ou de constipation. Son action anti-inflammatoire est utile pour accompagner les traitement médical de certaines maladie rhumatismales (arthrose, arthrite), par l’apport de micro-nutriments indispensables et d’acides aminés. Les scientifiques font également mention de son usage dans la prévention du vieillissement (antioxydant naturel puissant), pour accompagner un diabète, des affections respiratoires, des maladies cardia-vasculaires et neurodégénératives, voire auto-immunes.

Acheter de la poudre de baobab biologique et des aliments riches en antioxydants naturels puissants pour la vitalité du corps et de l’esprit sur BIOLOGIQUEMENT.COM, la boutique en ligne de la Société Baobab : poudre de baobab bio


Le Baobab africain (Adansonia digitata) est un arbre à croissance lente, très massif, de la famille des bombacacées.

Il peut vivre de 500 à 2000 ans et peut atteindre 20 mètres de haut et 38 mètres de circonférence. Commun en Afrique tropicale de l’ouest, et plus particulièrement au Sénégal dont il est l’emblème, il donne naissance à de délicieux fruits qui recèlent des trésors nutritionnels…

Le baobab

Le baobab

Mais qu’est-ce que c’est ?

Le fruit du baobab, encore appelé pain de singe dans son utilisation traditionnelle, est une capsule oblongue-ovoïde de 10 cm de diamètre et de 20 cm de long. Il renferme une pulpe blanche et farineuse, appelée endocarpe, contenant plusieurs centaines de graines. Cette pulpe, fraîche ou sèche, mélangée à de l’eau donne une boisson rafraîchissante nommée bouye ou jus de bouye.

Ces propriétés:

Riche en calcium, vitamine C, potassium, fibre, vitamine B6 ou encore de thiamine… Il est également extrêmement riche en antioxydants, qui ont des vertus médicales reconnues. Il en possède par exemple plus du double par gramme que la baie de goji, l’un des fruits phares des deux dernières années, et plus que myrtilles et grenades combinées.

Le fruit du baobab biologique est un aliment cru 100% naturel, riche en nutriments, avec un goût unique proche d’un sorbet citronné, c’est une excellente source de vitamine C, qui aide également à protéger les cellules du stress et contribue à la formation normale de collagène dans la peau. La vitamine C aide aussi à la régénération de vitamine E qui protège et répare votre peau.

Le fruit du baobab pain de singe bio est par ailleurs excellent pour améliorer sa concentration, avoir plus d’énergie, soutenir le système immunitaire, maintenir un système nerveux en bonne santé et booster son taux de fer.

Pourquoi et pour qui la conseiller ?

Pour la forme et l’énergie
De par sa richesse en nutriments, elle constitue à elle seule un excellent complément pour la remise en forme en ce début de printemps. Elle est particulièrement recommandée à toutes les personnes désirant retrouver et ou conserver naturellement une bonne vitalité : les séniors, les enfants en pleine croissance, les étudiants, les actifs qui traversent des épisodes de stress ou de fatigue passagère, ou tout simplement pour éviter le coup de barre de 10h …
Pour rééquilibrer le transit intestinal.
Sa forte teneur en fibres, solubles et insolubles, permet de réguler le confort et le transit intestinal. Traditionnellement cette pulpe fraîche est utilisée comme anti diarrhéique.

Comment le consommer ?

Vous le trouverez plus facilement en poudre (la pulpe a été séchée) que tel quel.

Voici quelques façons de consommer cette poudre de fruit:

en mettant deux cuillères à café de poudre dans une bouteille d’eau plate ou gazeuse
dans un yaourt
dans des sauces un peu acidulées
dans les smoothies
dans certains cocktails
dans votre pain fait maison
dans votre thé

Pour les enfants et les adolescents, basez-vous sur 1 cuillère à café par jour et pour les adultes, 2 à 4 cuillères, soit environ 5 à 10 grammes par jour en plusieurs prises.

Et pour le goût, attendez-vous à quelque chose d’acidulé, assez proche du citron.

A tester sans tarder !

Acheter du Baomix la poudre de pulpe de baobab biologique certifiée ecocert

Acheter du Baomix la poudre de pulpe de baobab biologique certifiée ecocert


L’huile de graines de baobab bio est idéale pour les peaux sèches, sensibles et gercées et pour les cheveux secs qu’elle assouplit.

J’aime beaucoup son toucher très doux et onctueux, qui en fait une huile de soin pour le corps de premier ordre :

– douceur lors de l’application
– sensation de peau nourrie et souple
– pénétration suffisamment rapide pour ne pas laisser de sensation de gras.

Baoil l'huile de baobab bio antioxydante

Baoil l’huile de baobab bio antioxydante

Son toucher beaucoup plus soyeux que l’huile de ricin en fait une huile vraiment très agréable à utiliser, avec des propriétés adoucissantes et cicatrisantes des peaux sèches du même ordre.

Vous l’utiliserez aussi dans les sticks et crèmes lèvres pour ses propriétés cicatrisantes.

Enfin elle fait merveille dans les savons fabriqués à froid car elle contient beaucoup d’acide palmitique (environ 25%). Elle contribue donc à amener une mousse duveteuse comme l’huile de palme, sans ses inconvénients écologiques…


La poudre de fruit de baobab bio Baomix ou pain singe est un produits 100% naturels et biologique sans gluten

Récolte et fabrication:
en brousse par les femmes du village. Ce qui permet de générer des revenus aux familles.
Baomix l’achète entière dans sa coque et la traite directement dans leur laboratoire.
Ils ont embauché spécialement pour ce travail des femmes des villages alentours et créé deux emplois à l’année.
Elles décortiquent, trient, séparent les éléments. Elles travaillent de manière traditionnelle, le tout réalisé dans les locaux de Baomix et leur laboratoire, dans les meilleurs conditions d’hygiène.

La pulpe du fruit du baobab bio est un produit naturellement séché, hydrosoluble. Elle se présente sous forme de farine fine de couleur blanche/beige. Elle a un goût sucré et acidulé.
En usage alimentaire elle peut être utilisée en boisson, dans des laitages ou yaourts, mélangée à des céréales ou à des préparations culinaires…..

Baomix c'est la pourde baobab bio sans gluten

Baomix c’est la pourde baobab bio sans gluten

Propriétés du produit pour les sportifs:
La pulpe du fruit du baobab bio est très riche en minéraux, calcium, fer, potassium, magnésium, manganèse, phosphore, zinc, ainsi qu’en acide gras essentiels.
Elle contient aussi de la vitamine A,B1, B6, PP et C efficace dans l’apport énergétique, l’assimilation des éléments minéraux et dans la régulation des fonctions métaboliques des sportifs.
2 cuillères à café quotidiennes contiennent 44% de fibres dont 22% solubles.Ces dernières sont équilibrantes et fortifiantes pour la régénération de la flore intestinale et un meilleur transit.
Toutes ces richesses contenus dans ce produit naturel qu’est la pulpe du fruit du baobab bio en font un excellent complément alimentaire pour la diététique du sportif.

Packaging:
Pour une meilleure conservation , elle est présentée dans des sachets aluminium thermo-soudés hermétiques et refermables après ouverture, d’une contenance de 100 grammes.
Ce qui représente une cure de presque trois semaines a raison de deux cuillères à café par jour (6 grs/j)


Surnommé « l’éléphant végétal », le baobab est l’arbre symbole de l’Afrique sahélienne. Son énorme tronc spongieux paraît planté à l’envers du fait que les branches demeurent dénudées une bonne partie de l’année en attendant la saison des pluies.

Baobab bonsaï en pot, le baobab est un arbre à feuille caduc

Baobab bonsaï en pot, le baobab est un arbre à feuille caduc

Fiche d’identité : Baobab bonsaï

Feuillage : Caduc
Forme : Ouvert ou divergeant
Hauteur à maturité : 0,15 à 0,45 m
Largeur à maturité : 0,20 à 0,50 m
Jardinage
Entretien : Facile
Besoin en eau : Faible
Croissance : Lente
Multiplication : Semis
Résistance au froid (rusticité) : Fragile
Densité : pied/m²
Emplacement
Exposition : Soleil
Utilisation : Intérieur | Balcon ou terrasse | Serre et véranda
Plantation : Pleine terre | Bac, pot ou jardinière
Type de sol : Argileux | Calcaire | Sableux | Caillouteux | Humus, terreau
PH du sol : Alcalin | Neutre | Acide
Humidité du sol : Sol drainé | Sec


La longévité des baobabs est assez difficile à estimer du fait de l’absence de cernes de croissance dans le bois. D’autre part le tronc de vieux arbres se met parfois à décroître nettement, peut-être sous l’effet du climat.

On estime entre 1 000 et 2 000 ans leur durée de vie quand les sujets ont eu la chance de ne pas être foudroyés ou détruits par des éléphants en quête d’eau. Leur tronc peut contenir jusqu’à 90 m3 d’eau.
Les feuilles composées présentent un long pétiole terminé par 3, 6, 7 ou 9 folioles disposées comme les doigts de la main. Les folioles en forme de lance sont à bord lisse, vert lustré sur le dessus, velues au revers et mesurent 4 à 15 cm de long et jusqu’à 5 cm de large. Les feuilles sont absentes durant toute la saison sèche qui peut durer 9 mois sur 12. L’arbre entre alors en repos végétatif.

Le fruit de baobab bio aussi appelé le pain de singe

Le fruit de baobab bio aussi appelé le pain de singe

La floraison paraît au début de la saison des pluies et durant la nuit. De grandes fleurs solitaires de 15 cm de diamètre, d’un blanc éclatant (rouges ou jaunes chez d’autres espèces) pendent aux branches au bout d’un pédoncule pouvant mesurer jusqu’à 1 m de long ! Cette position caractéristique de l’espèce digitata permet aux chauves-souris et autres petits mammifères de les polliniser. Chaque fleur ne vit qu’une nuit émettant un puissant parfum pour les attirer.
Les fruits sont des baies, parfois sphériques mais le plus souvent ovoïdes mesurent 12 à 40 cm de long sur 7 à 17 cm de diamètre. On les surnomme les « pains des singes » car les singes ou les lémuriens à Madagascar s’en nourrissent. L’enveloppe ligneuse couverte d’un fin duvet vert brunâtre ou gris jaunâtre renferme une pulpe blanche ou rosâtre visqueuse, compartimentée par 10 cloisons fibreuses. Près d’une trentaine de graines ayant la taille et l’apparence d’un haricot (12 mm) remplissent la coque. Leur coloris brun foncé est plus ou moins marbré de rouge foncé.


Depuis quelques années, le baobab africain (Adansonia digitata) fait son entrée dans la catégorie des bonsaïs. Ses semences sont également diffusées pour les gens qui veulent tenter la culture de cet arbre mythique.

Le genre Adansonia, cousin des Bombax et Ceiba (fromager), réunit 8 à 9 espèces dont 6 sont originaires de Madagascar, une du Nord-ouest australien et une d’Afrique centrale. Dans la nature, l’Adansonia occupe les savanes, les régions semi-désertiques sèches, les forêts caduques, sur des sols sablonneux, calcaires ou volcaniques. À Madagascar, on le trouve sur des sols rouges latéritiques riches en fer. Les baobabs font partie de la famille des Bombacacées selon la classification classique, des Malvacées selon la classification phylogénétique.

Le baobab adansonia digitata du Sénégal qui produit le pain de singe bio

Le baobab adansonia digitata du Sénégal qui produit le pain de singe bio

L’espèce africaine Adansonia digitata s’est naturalisée dans quasiment tout le continent africain depuis le sud du Sahara semi-désertique jusqu’au Transvaal septentrional. Le baobab est ce que l’on appelle un « arbre-bouteille » car le tronc mou appelé « caudex » est spongieux, d’aspect succulent. Vous pouvez y planter un couteau sans difficulté. Il mesure de 3 à 10 m de diamètre pour 25 à 30 m de haut et se termine par une ramification assez chétive comparativement au tronc, rappelant des racines. Cet aspect inspire l’idée que l’arbre pousse à l’envers et tire sa force du ciel. Les jeunes arbres ont plutôt une forme élancée terminée par quelques rameaux car la succulence, constituée de fibres serrées tendres capables d’emmagasiner de l’eau, apparaît beaucoup plus tard. Chez de gros sujets, l’écorce de 2,5 cm d’épaisseur offre un aspect lisse gris argenté ou violacé. Une entaille dans celle-ci présente une surface marbrée rouge et blanche avec une gomme exsudant.


Les utilisations du baobab sont multiples au Sahel. On en compte une trentaine. L’écorce est raclée sur les 2-3 premiers mètres du tronc afin d’extraire les fibres du liber pour la confection de cordages, objets tressés ou papier.

C’est pourquoi nombre de baobabs au sein des villages ont un tronc auquel il manque une tranche de l’écorce. L’arbre s’en remet assez bien si l’on attend quelques années pour répéter l’opération. Les feuilles, riches en fer et calcium sont séchées et moulues pour entrer dans la préparation de sauces vendues sous l’appellation « lalo » (couscous de mil au Sénégal). Les fleurs fraîches sont aussi consommées. En début de saison des pluies, les pousses feuillues sont données au bétail. La pulpe des fruits diluée dans l’eau sert de breuvage riche en vitamine B1 et C. Les graines contenant 48 % de protéines et 15 % de lipides servent de farine notamment pour nourrir les enfants. Fermentée, cette farine développe une saveur d’amande. Une huile jaune est extraite des graines. Les cendres de la coque servent à la confection de savon. Une teinture rouge est extraite des racines. Le bois spongieux ne sert pas pour la construction, en revanche il peut être mâché pour apaiser la soif. Lorsque le tronc est creux, il sert de réservoir d’eau au Soudan, de grenier à provisions, parfois même de sépulture.

La feuille de baobab bio très antioxydante utilisé dans la médecine traditionnelle.

La feuille de baobab bio très antioxydante utilisé dans la médecine traditionnelle.

 

Les préparations médicinales à base de feuilles et de fruits sont nombreuses notamment pour lutter contre le paludisme, la fièvre en général, la diarrhée, les inflammations de l’intestin et du foie, les vers (filaire), etc. La gomme est un désinfectant des blessures et sert à calmer les rages de dents. L’adansonine contenue dans les graines est un antidote à la strophantine (hétéroside cardiotonique contenu dans le Strophantus gratus). Les graines peuvent se sucer comme des bonbons et sont appréciées dans l’artisanat des bijoux. Les plantules avec leurs racines sont consommées comme des asperges, etc.
Le nom de genre Adansonia fut attribué au baobab par Carl von Linné en 1753 afin d’honorer la mémoire de Michel Adanson (1727-1806), naturaliste français auteur d’un mémoire illustré sur le baobab intégrant bien d’autres plantes et coquillages du Sénégal. Digitata vient du latin signifiant « digité » en référence à la forme des feuilles palmées comme les doigts d’une main.


Il existe plusieurs variétés de baobabs d’Afrique mais la diffusion de cet arbre en tant que plante d’intérieur se limite à l’espèce type Adansonia digitata.

Principale espèce diffusée Baobab d’Afrique (Adansonia digitata) Tronc spongieux jusqu’à 25 m de haut sur 7 m de diamètre.
Feuilles digitées caduques présentes durant la saison des pluies. Fleurs pendantes très parfumées, de 15 cm de diamètre, blanches puis brunes en vieillissant.
Corolle plate surmontée par un bouquet sphérique composé de 2 000 étamines d’où émerge un pistil replié.
Arbre mythique très résistant à la sécheresse.
Facile à conduire en bonsaï.

Le baobab Adansonia digitata

Le baobab Adansonia digitata

Autre espèce Adansonia gregorii (syn. A. gibbosa, A. stanburyana) Proches de digitata avec un tronc aussi gros mais moins haut. Gousses grises ressemblant à des rats d’où son nom anglais dead rat tree. Originaire du nord-est de l’Australie.
Autrefois séparé de l’espèce stanburyana.
Il existe un spécimen de 16 m de diamètre ayant servi de prison.


Le baobab ne peut passer inaperçu aux yeux des voyageurs qui parcourent l’Afrique. Le baobab bio est d’ailleurs sacré auprès des Africains qui s’interdisent de le couper.

Il sert très souvent « d’arbre à palabres » sur les places des villages, un lieu de rassemblement où sont décidées les choses importantes de la vie des villageois.
Lorsque David Livingstone (1813-1873) fait la découverte d’un baobab près des chutes Victoria, il le considère comme la huitième merveille du monde. Il ne laisse pas indifférent même si sa forme étrange suscite parfois l’horreur. Certains le considèrent en effet comme l’arbre le plus laid du monde, « ayant tout dans le tronc et rien dans la tête » !

Le baobab

Le baobab

Le célèbre aventurier marocain Ibn Battuta (1304-1377), parti pour la Mecque et dont le voyage dura 29 ans, offre les premiers écrits sur le baobab datant de 1352. Il raconte qu’il eut la surprise de trouver un tisserand malien se reposant au creux de cet arbre. Le baobab figure ensuite dans de nombreux récits d’explorateurs comme le navigateur portugais Gomes Eanes de Zurara (1405 ?-1493 ?), le diplomate Léon l’Africain (1490 ?-1550 ?), l’herboriste vénitien Prosperos Alpini (1553-1617). Ce dernier découvre ses fruits vendus sur le marché du Caire sous le nom bu hobab à l’origine du mot baobab, et qui signifie « fruits aux très nombreuses graines ». Certains auteurs pensent que ce nom dérive d’un terme africain qui désigne un arbre très âgé. Cependant l’arbre porta le nom de calebassier entre le XVe et XVIIe siècle en raison de ses fruits rappelant les calebasses mais c’est finalement le terme baobab qui est retenu par Adanson lorsqu’il décrit l’espèce. Le baobab est devenu l’emblème du Sénégal.